L'enfant prématuré

Des bébés Plus ou moins fragiles

Selon Les conditions et le terme de la naissance, les prématurés mettent quelques mois à rattraper le retard de poids et de taille qui Les sépare des enfants nés à terme; quelques-uns devront même attendre deux ans. Certains seront plus sujets que d'autres aux infections respiratoires ou à des petits troubles d'ordre digestif ou alimentaire.

Cependant, malgré les progrès de La médecine néonatale et le combat des médecins, 20 % des prématurés sont porteurs de handicaps moteurs, de difficultés de motricité fine, de problèmes cognitifs ou présentent, en grandissant, des difficultés scolaires. Lorsque l'enfant est rendu à ses parents, c'est un nourrisson comme les autres, pas plus fragile puisqu'il reste à l'hôpital Le temps nécessaire à sa maturation. Son séjour varie de quelques semaines à plusieurs mois selon son état. À sa sortie, son poids doit être d'environ 2,4 kg et il doit être capable de boire au biberon.

Cependant, pendant la première année, surtout s'il est né tôt, il ne faut pas que sa mère le compare à un enfant né à terme. À partir de 12 ou 15 mois, les différences s'estompent. Mais il faut toujours corriger son âge par rapport à sa date de naissance.

Des soins très pointus:

Depuis dix ans, Les soins aux prématurés ont fait des progrès considérables jusqu'à atteindre un niveau maximal de performance. Leur survie est due, d'une part aux soins apportés à leur transport de Leur Lieu de naissance au service spécialisé de néonatalogie en respectant la « chaîne du chaud » et, d'autre part, à plusieurs grandes découvertes, notamment:

La ventilation assistée avec calcul du taux d'oxygène dans le sang, la nutrition parentérale continue avec une alimentation directe dans L'estomac, parfaitement calculée en fonction des besoins de l'enfant, et la mise au point d'un produit, le surfactant de synthèse, qui accélère La maturation pulmonaire.

L'enfant prématuré est installé dès sa naissance dans une couveuse stérile, afin de lui garantir La chaleur nécessaire à sa survie et de le maintenir à L'abri de tout microbe. Dans certains cas, on lui couvre les yeux d'un petit masque et on Le place sous une lumière bleue pour lui éviter une affection, appelée bilirubine, due à son immaturité hépatique. Il ne doit souffrir d'aucune déperdition de chaleur et porte souvent un petit bonnet de Laine et des chaussons.

Si, par contre, il ne porte qu'une couche, c'est pour pouvoir mieux contrôler sa respiration et La couleur de sa peau. Une protection de Plexiglas équipe parfois l'intérieur de l'incubateur ou même un film en plastique directement posé sur son corps. Aujourd'hui, on veille tout particulièrement à son développement psychique.

On sait que les visites de ses parents ont une influence sur son envie de vivre. De même, on s'est aperçu qu'une infirmière ne devait pas être uniquement soignante et que ses paroles et ses caresses avaient des vertus calmantes.