Le sommeil est une part fondamentale de notre vie. Il nous permet de nous reposer et de récupérer nos forces ; il est essentiel à notre équilibre. Après une bonne nuit, on se réveille frais et dispos ; rien ne va plus après une nuit de mauvais sommeil ; c'est pareil chez l'enfant. Mais ce qui est propre à l'enfant, c'est que le sommeil joue un rôle important dans la croissance, (c’est principalement au cours du sommeil qu'est sécrétée l'hormone de croissance. Et c'est pendant le sommeil paradoxal (voir plus loin) que s'inscrivent dans la mémoire les expériences, les découvertes, les acquis. C'est donc, en grande partie au cours du sommeil que se « construit » le cerveau et se développe le corps. On connaît en général le rôle de la nourriture dans le développement, on est moins averti du rôle du sommeil pourtant essentiel. Il faudra quelque temps au bébé pour qu'il « fasse ses nuits », c'est-à-dire pour qu'il dorme plusieurs heures d'affilée sans se réveiller. Cela se passe en général vers 2-3 mois.

 

C'est en effet à partir du moment ou l'enfant pèse 5 kg qu'il est « biologiquement » capable de supporter le jeûne de la nuit et d'attendre huit ou neuf heures : il ne risque ni de maigrir ni de faire une hypoglycémie. Mais si à cet âge le bébé ne « fait » pas encore ses nuits, et si c'est important pour la vie familiale que tout le monde puisse dormir (par exemple la maman va reprendre son travail), il faut alors apprendre au bébé à patienter pour qu'il acquiert ce rythme du sommeil de nuit. On peut se permettre de laisser pleurer un enfant quelque temps. Peu à peu, il comprendra qu'on ne vient pas dès qu'il appelle, et il se rendormira.

 

Bébé grandit, sa vie est maintenant bien rythmée, avec une nuit complète (10 à 11 heures vers 4-5 mois), et une vraie journée au cours de laquelle il profite de ses moments d'éveil. C'est autour du sommeil que s'organise la vie du bébé. Chez le nouveau-né, le sommeil est encore peu structuré, bien qu'il occupe une part importante de la journée. Dans les premières semaines de vie, le sommeil et la faim sont étroitement liés. Le bébé se réveille pour réclamer sa tétée ; après le repas, il reste quelques instants éveillé, il écoute, regarde, entre en contact avec son entourage.

 

Mais bien vite il se rendort. A cet âge, la digestion prend trois heures et, spontanément, le nouveau-né réclame huit fois par jour. Petit à petit, le bébé grossit, il a plus de réserves, il peut dormir plus longtemps. Il apprend à attendre avant de réclamer à nouveau, mais parfois il faut l'aider à s'habituer à cette attente en le laissant patienter un peu. Le rythme de base, constitué par la faim et sa satisfaction, va peu à peu être influencé par les rythmes extérieurs : celui des échanges avec les proches, celui de la lumière du jour et de l'obscurité de la nuit. Le bébé acquiert ainsi progressivement un rythme de vie organisé autour d'un sommeil de nuit, et d'une journée avec des phases d'éveil de plus en plus longues.