L'heure de la sieste en crèche Vers 1 an, les enfants ont souvent du mal à faire la sieste en crèche. Jeannette Bouton, spécialiste du sommeil, a mis au point une technique simple. L'enfant est couché sur un matelas au ras du sol et enveloppé d'un grand drap. Il s'y blottit comme dans un terrier et de manière à ce que son regard puisse apercevoir la lumière. Lorsqu'il est endormi, les puéricultrices dégagent légèrement le drap au-dessus de sa tête.

Pensez à verifier si la couche Pampers de bébé n'est pas pleine. Et choisissez la bonne taille. Par exemple pour un nouveau né, preferez la taille 1 New Baby Sensitive pour éviter les rougeurs et que bébé ne se reveil pas.

Quelques complications

La qualité du sommeil dépend pour beaucoup de ce que l'enfant a vécu au cours de ses moments de veille. Et peut-être de ce qu'il a pu ressentir de manière encore plus profonde, car chez lui tout est sensation. Des parents tendus, anxieux, vont le rendre nerveux, d'autant plus qu'ils vont sans doute multiplier les « maladresses ». À la tension risque alors de se mêler un certain inconfort. Certains enfants ont encore du mal à entrer dans le sommeil du soir parce qu'ils ont trop dormi dans la journée. Il s'agit par exemple des enfants qui prolongent leur sieste au-delà de 16 heures ou ceux qui dorment en fin d'après-midi. Mais curieusement, les siestes trop courtes produisent les mêmes conséquences. En fait, tous ces enfants ont des difficultés à installer le rythme de longues périodes d'éveil suivies de longues périodes de sommeil.

Pour le réveiller

L'idéal est de calculer le moment du réveil en fonction de celui de l'endormissement, afin d'interrompre le sommeil à la fin du cycle de 60 minutes. Parlez à mi-voix, caressez-lui la joue, découvrez-le progressivement. Il ne quittera son lit douillet que lorsqu'il aura pris conscience de ce que vous voulez. Pour savoir s'il est prêt au réveil, caressez-lui les mains ; s'il supporte bien ce contact, le moment de l'éveil est proche.

Quand les parents travaillent

Séparés toute la journée, la plupart des enfants de cet âge, de retour à la maison, ont besoin, sur le plan affectif, d'un certain temps pour se retrouver dans l'atmosphère familiale. Un laps de temps de deux heures, dédié au bain, au repas, aux jeux et aux histoires, est un minimum. Essayez de consacrer à votre enfant presque exclusivement ces moments-là. La préparation du repas des grands peut toujours être simplifiée ou repoussée à plus tard afin de laisser le maximum de place à l'affectivité. De même, un bébé qui a attendu le parent qui rentre le dernier ne pourra pas aller se coucher et s'endormir « sans faire d'histoire » tout de suite après son retour. Là encore, il est nécessaire de lui laisser le temps d'apprécier les siens.